Cigales - Introduction

On trouve sur Internet plusieurs sites qui traitent des cigales et qui couvrent le sujet d'excellente façon. La page des ouvrages et sites de référence des cigales en propose quelques-uns. Pour ne pas répéter un contenu déjà accessible ailleurs, le site des Hémiptères du Québec présentera simplement une courte introduction et une galerie de photos d'émergences observées à l'été 2012.
Neotibicen canicularis
Sur le tronc d'un arbre, cette cigale est parfaitement camouflée.

Neotibicen canicularis tête
Cigale caniculaire
Les cigales sont connues surtout grâce à leur chant car elles passent pratiquement toute leur vie sous terre. Au terme d'une ou plusieurs années à se nourrir de la sève des racines d'un arbre, elles émergent à l'air libre et vivront seulement quelques semaines, le temps pour le mâle de chanter pour attirer une femelle et pour la femelle de pondre après l'accouplement.

Neotibicen canicularis face

Dès l'éclosion de l'oeuf, la larve se laisse tomber au sol et s'enfouit sous terre, à la recherche d'une racine nourricière.

Il y a trois espèces de cigales au Québec:
  • Cigale caniculaire, Neotibicen canicularis (Harris)
  • Cigale ridée, Okanagana rimosa (Say). Voir ici.
  • Cigale du Canada, Okanagana noveboracensis
    (Emmons). Voir ici.
En 2015, Hill et al. ont proposé une nouvelle combinaison pour Tibicen canicularis, Neotibicen canicularis. Okanagana canadensis (Provancher) est synonyme de O. noveboracensis (Cole et al. 2023).

D'après K.G.A. Hamilton  les Cigales caniculaires émergent tous les ans et auraient possiblement un cycle de huit ans. La Cigale ridée, présente chaque année, est plus commune durant quatre des neuf années de son cycle de vie. Elle émerge dès le mois de mai et chante jusqu'à la mi-juillet. La Cigale du Canada chante en juillet .

Toutes les photos présentées ici sont celles de la Cigale caniculaire.
Cigale orifice d'émergence
Au pied de grands arbres on peut observer au milieu de l'été un trou comme celui-ci, rond et parfaitement découpé. Les cigales, qui quittent leur environnement souterrain pour muer à l'âge adulte laissent cette trace de leur passage.

Neotibicen canicularis nymphe face
La face d'une cigale sortie de terre, avant qu'elle ne mue au stade adulte.

Neotibicen canicularis nymphe
On discerne une teinte verdâtre, à la base du fourreau alaire, signe de la présence de la future aile qui en sortira au moment de la mue.
Cigale exuvie Cigale exuvie sur un brin d'herbe Cigale exuvie sur maçonnerie
Ci-dessus, trois exuvies de cigales. On les trouve fréquemment sur les troncs d'arbres mais aussi sur de petites plantes, où la mue est probablement plus à risque, si le poids de l'insecte fait fléchir la plante avant la fin de la mue. On les trouve aussi sur les murs des habitations, ici à droite, accrochée à un mur de brique.
Cigale exuvie sous une branche Cigale, plusieurs exuvies au sol Cigale exuvie profil
Plusieurs cigales ont choisi le dessous de la branche horizontale d'une grande épinette pour s'y fixer et muer au stade adulte. Les exuvies (exosquelette) y restent fixées quelques jours. Au pied des arbres, on peut trouver plusieurs dizaines d'exuvies de cigales tombées du tronc où les insectes s'étaient accrochés pour muer. Une exuvie de cigale.
Cigale exuvie tarse et tibia Cigale exuvie patte Cigale exuvie pattes avant
Ci-dessus, trois photos des pattes avant de l'exuvie d'une larve de cigale. Les pattes sont parfaitement adaptées pour creuser des tunnels sous terre. Une excellente description est fournie sur le site d'Agriculture et Agroalimentaire Canada: « L'extrémité des pattes antérieures (tarses) se replie dans un sillon creusé dans le segment précédent (tibia), qui est en forme de pic. La partie très renflée (fémur) est armée d'une rangée de fortes épines servant à gratter et à compacter le sol, et les dents qui se trouvent à sa base s'adaptent contre le tibia comme une crabe de pince. »
Cigale mâle et femelle ventre Cigale et guêpe parasitoïde Cigale à trouver
À la fin de l'été, il n'est pas rare de trouver des cigales au sol, mortes après avoir achevé leur cycle de vie. Ci-dessus, un mâle (haut) et une femelle. Remaquez la présence d'opercules chez le mâle et leur absence chez la femelle. Les cigales mortes attirent les insectes nécrophages. Une minuscule guêpe parasitoïde (Alysiinae) pond dans la cigale, fort probablement dans un asticot qu'elle a détecté. Le chant des cigales en août, par temps chaud, est remarquable, d'autant plus qu'on ne voit presque jamais les insectes qui produisent le son qui rappelle celui d'une scie circulaire. Trouverez-vous, ci-dessus la cigale qui chante? Cliquez sur la photo et attendez quelques secondes.
Le site des cigales a été mis en ligne en septembre 2012.
Haut de page | Introduction | Émergence | Références